ZéBU, l’écosystème des brasseries urbaines

Les drêches de brasserie, c’est l’or urbain de demain ! Ces coproduits issus du brassage des céréales lors de la fabrication de la bière sont une véritable ressource organique. C’est pourquoi ZéBU veut qu’elles soient valorisées plutôt que jetées ou incinérées. En optimisant la gestion des flux des brasseries locales (matières premières, produits, coproduits et déchets) c’est tout le métabolisme de la ville que ZéBU améliore.

CARTE D’IDENTITÉ DU PROJET

  • Nom complet : Zone d’étude écosystémique sur le métabolisme des Brasseries Urbaines
  • Date de lancement : décembre 2014
  • Lieu d’intervention : Paris et sa petite couronne (avant diffusion à d’autres agglomérations)
  • Porteur de l’initiative : association Zone-AH!
  • Champs opérationnels de l’économie circulaire : métabolisme urbain et prévention des déchets, valorisation des biodéchets (Phase 1), relocalisation des matières premières (phase 2) et filière économique circularisée
  • Projet lauréat des appels à projets :
    • Solidarité Paris-Campagne, Ville de Paris, (juillet 2017)
    • Alimentation : du gaspillage au partage, Ville de Paris, (janvier 2017)
    • Cap sur l’économie circulaire  – Catégorie « Expérimentation », Ville de Paris, (2015)
    • Amélioration du métabolisme urbain, Ville de Paris et Paris&Co – ex Paris Région Lab (2014)

Le projet ZéBU a désormais son propre site internet ! Allez y faire un tour >>> http://zebu-ecosystem.cc/

PRÉSENTATION

Le projet ZéBU Paris veut aider les microbrasseries urbaines franciliennes, en très forte augmentation dans l’agglomération, à réduire leur production de déchets et leur proposer une alternative à l’élimination de leurs drêches dans le circuit des déchets ménagers des villes. Depuis le 1er janvier 2016, presque toutes les brasseries parisiennes sont en effet concernées par les obligations légales et contraignantes en matière de gestion des biodéchets (tri séparé et « retour à la terre » des biodéchets à partir de 10 tonnes générées par an).

ZéBU aide les brasseurs urbains dans la gestion des déchets et leur apporter une solution vertueuse en mettant en place une filière économique innovante et inédite de collecte sélective, de traitement et de valorisation locale de leurs drêches selon les principes de l’économie circulaire.

Les bénéfices générés sont quant eux  réinjectés dans la filière brassicole locale qui se structure et qui doit déboucher sur la création d’une société coopérative fédérant tous les acteurs et partenaires économiques qui y seront engagés, animés d’une volonté commune de faire vivre un écosystème brassicole urbain pourvoyeur d’emplois non délocalisables, dans la logique de l’économie sociale et solidaire.

En parallèle, le projet ZéBU veut aussi relocaliser la production des matières premières utilisées pour faire la bière : avec du houblon et du malt récoltés localement, la filière brassicole peut ainsi développer et soutenir une agriculture de proximité et un fonctionnement en circuit court.

ZéBU est un projet open source développé sous licence creative commons by sa dédié à être répliqué au-delà du territoire francilien.

OBJECTIFS DÉTAILLÉS

Dans un premier temps, ZéBU a mené une étude globale des déchets de brasserie ainsi qu’une étude logistique afin d’expérimenter et d’identifier les différents circuits de valorisation dans lesquels les drêches seront écoulées, notamment l’énergie  (via la biométhanisation, la pile à compost), l‘agriculture par compostage, paillage et substrats pour potagers et champignons, l‘alimentation humaine et animale, ou encore les biomatériaux pour l’écoconstruction.

Avec la 2ème phase du projet entamée en 2016, ZéBU a initié avec ses partenaires le travail de relocalisation des matières premières pour fabriquer une bière 100% parisienne avec une production de malt et de houblon en filières locales et de haute qualité environnementale et sociale.

  • Première étape : Création d’une filière de récupération et de valorisation des drêches de brasseries sur le territoire de la Ville de Paris et de la proche-banlieue. Audit sur le métabolisme (fonctionnement) des brasseries, et recherche de solutions (collectives?) en vue d’une prévention de la production de déchets non organiques.

  • Deuxième étape : Diversification de cette filière à l’ensemble des biodéchets de brasseries à ce jours non valorisés : eaux maltées provenant du lavage des cuves après le brassage, eaux de rinçage des drêches probablement dans certaines filières de valorisation potentielles (culture de champignons)

  • Troisième étape : “Export” du projet à d’autres milieux urbains connaissant la même problématique.

Logo ZéBU écosystème brasseries urbaines
Logo du projet collaboratif ZéBU, l’écosystème des brasseries urbaines, porté par Zone-AH! avec le soutien du collectif Babylone.


L’HISTORIQUE DU PROJET

Il a fallu moins d’une minute en septembre 2014 pour donner un nom au projet. Le Z de Zone-AH!, association porteuse du projet, habituée à voguer dans les écosystèmes, le B de brasserie et le U de urbain… Une maxime d’assoiffés (“Quand zébu,… zé plus soif !”) et le tour était joué. En revanche l’idée du ZéBU a germé il y a deux ans avec le projet d’installation de la brasserie Bap Bap, qui a lancé sa production dans le quartier Oberkampf à Paris (11e arr.) en avril 2015.

A l’origine du ZéBU, nous avons fait le constat suivant : il y a de plus en plus de brasseries dans Paris (augmentation de 95 % en 5 ans), phénomène lié à un effet de mode, mais témoignant également d’une volonté marquée des parisiens de manger et de boire local. En conséquence la production de leurs déchets également augmente. Pour ce qui est des drêches, biodéchet produit par ces brasseries urbaines, elles sont passées de 230 t en 2013 à une estimation de 700 t en 2015 sur notre zone d’observation (Paris et sa petite ceinture). Et cette augmentation va encore s’alourdir en 2016, alors que la loi de 2012 sur la gestion des biodéchets, obligeant les gros producteurs à les trier à la source à partir d’un certain seuil, s’appliquera à toutes les brasseries parisiennes, même les plus petites lors de cette même année 2016.

Or il n’existe à ce jour aucune voie de valorisation satisfaisante en milieu urbain pour réinjecter les  drêches dans de nouveaux cycles de production selon les préceptes de l’économie circulaire.

Les conditions sont donc réunies pour accompagner la filière brassicole parisienne vers la mise en place d’une collecte concertée des drêches, tout en assurant derrière leur valorisation avec un revenu potentiel pour les brasseurs et d’autres intermédiaires.

En septembre 2014, pour répondre à l’appel à projet “Amélioration du métabolisme urbain” lancé par la Ville de Paris et le Paris Région Lab, Zone-AH! a souhaité faire de ZéBU un projet collectif et participatif : le projet rassemble derrière lui un nombre important de partenaires opérationnels, avec d’autres brasseries comme La Montreuilloise et Outland, et de soutiens d’origines sectorielles et géographiques très diversifiées.