Archives par mot-clé : UNE

Chantier Solidaire aux Grands Voisins

C’est sous le soleil parisien que s’est tenu dans l’après-midi du 26 juin 2018 un Chantier Solidaire avec Koeo, entreprise du mécénat de compétences, sur le site des Grands Voisins.

 

En parallèle des ateliers de nos amis et voisins La Ressourcerie Créative, Pépins Productions, La Conciergerie, et Courtoisie Urbaine, Zone-AH! a animé trois ateliers pour apprendre à fabriquer des outils permettant d’accueillir la biodiversité, avec des matériaux de réemploi.

Toute l’après-midi, nos 21 participants ont pu comprendre et apprendre à faire :

  • Un module aquaponique
Atelier animé par François Hary De La Vellerie. Crédit Photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

 

Ce module aquaponique de design BIBA (Bag in Box Aquaponics – sous licence cc by sa nc) construit en 2014 à partir de matériaux recyclés a servi de modèle pour la construction de cet après-midi solidaire. Crédit photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

 

  • Un bac/jardinière
Atelier animé par Benoit Cicilien. Crédit Photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

 

Les jardinières ont pris forme, il ne reste plus qu’à planter !…  Crédit Photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

 

  • Un hôtel à insectes
Atelier animé par Laura Baruch- Crédit Photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

 

L’hôtel à insectes est prêt, la biodiversité peut être protégée !… Crédit Photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

Ce furent des échanges joyeux avec les participant.e.s mais aussi très instructifs !

Finalement, après un dur labeur, l’après-midi s’est terminé par une petite surprise pour les participant.e.s : distribution gratuite de sachets de drêches déshydratées accompagnées de recettes pour cuisiner pancakes, crackers au parmesan ou cookies salés aux drêches !

Bravo à tous les participant.e.s ! (Et bon appétit)


Auteur: Maud Rebibou

Rétrospective de la Paris Beer Week #5 du ZéBU

La Paris Beer Week #5 est déjà terminée !

Pendant dix jours s’est tenue la 5ème édition de cette semaine riche en dégustations, en partage de connaissances, en ateliers de brassages et en rencontres maltées et houblonnées. Retour en mots et en images sur la participation de ZéBU à cet événement qu’on adore, pour la 3e année consécutive  !

___________________________________________________________________________

Mercredi 6 juin 2018, ZéBU a embarqué direction Sèvres, une ville au riche passé brassicole, pour visiter les célèbres Caves du Roy.

Dès Louis XIV en effet, les rois avaient trouvé en ces galeries taillées dans le calcaire la cave idéale pour conserver le stock de vin de la cour royale, lequel ne pouvait être entreposé dans la région de Versailles située sur un ancien marécage. À partir des années 1850, la bière va remplacer le vin et différents maîtres brasseurs vont marquer l’histoire de la ville :

  •  En 1851, Jean-Baptiste Reinert, un brasseur venu de Metz, rachète les Caves du Roy et les transforme en brasserie. Il développe et modernise l’activité. Il écoule sa production dans des cafés parisiens et  les « cafés brasseries » qu’il crée.

  • En 1873, Maurice Fanta, brasseur d’origine autrichienne, rachète l’affaire pour y fabriquer des bières viennoises. Il agrandit et modernise le site qui prend le nom de « Brasserie des Caves du Roi ».

  • En 1890, l’exploitation est vendue à la société des Brasseries de la Meuse, récemment constituée par Adolphe Kress, déjà à la tête d’une brasserie à Bar-Le-Duc. En quelques années, l’usine de Sèvres (désormais dotée d’une malterie) devient l’un des lieux de production le plus important en France et parvient à s’imposer sur le marché national et international.  Deux types de bières y sont fabriquées : une blonde façon Pilsen, et une brune façon Munich.

  • En 1950, la production de bière s’arrête au profit des activités de malterie et de l’embouteillage des boissons gazeuses et jus de fruits.

  • En 1966, l’usine est absorbée par la SEB (Société Européenne des Brasseries) qui décide la cessation rapide de toute la production.

  • En 1985, la brasserie est démolie.

Caves souterraines et rail de transport – Crédit Photo : cc by sa nc – Bruno Vitasse pour Zone-AH!

___________________________________________________________________________

Jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018,  journées démonstration sur notre plateforme d’expérimentation à Alfortville. Avec ses partenaires  AEFEL, Love Your Waste (membres de Zone-AH!), ZéBU a pu présenter ses machines et ses avancements en techniques de séchage de la drêche, que le public a pu tester par lui-même.

Le séparateur sert à séparer les matières solides et liquides des drêches

 

Après l’étape du séparateur, démonstration du déshydrateur pour faire chuter le taux d’humidité des drêches aux environs de 20%

 

La troisième étape consiste en la transformation des drêches en granulés (ou pellets) à l’aide d’un granulateur

 

Les pellets de drêche en sortie du granulateur

___________________________________________________________________________

La journée du vendredi 8 Juin s’est achevée à La Panaméenne avec la  Soirée d’ouverture du “Drêches Urban Fork Festival” (DUFF).  Food de Rue était l’hôte de cette soirée festive, organisée sur la thématique de l’anti-gaspillage alimentaire : « Antigaspi, Food, Drêches & Beer ». Et pour se rafraîchir le gosier, des bières de la brasserie Sylki !

Gauthier Hauchart en cuisine de la Panaméenne !

_____________________________________________________________________

La Paris Beer Week #5 s’est achevée avec Le Grand Final le samedi 9 et dimanche 10 Juin au Centquatre. Au programme : démo de notre presse à paquet, présentation de nos tests en cours sur le séchage des drêches et joyeux bavardages pour clôturer cette cinquième édition de la Paris Beer Week !

Stand de Zone-AH! au Grand Final de la PBW pour présenter le projet ZéBU

 

Les déclinaisons multiples de la drêche valorisée : muesli, crakers et même dessous de verre !

 

Quelle semaine ! Merci à vous tous, ceux qui sont venus s’aventurer avec nous dans les caves souterraines sombres et humides, ceux qui ont prêté leurs muscles pour faire tourner notre presse à paquet, ceux qui sont passés sur notre stand au 104, et tous les autres qui nous soutiennent de près ou de loin !

À l’année prochaine !


Auteur : Bruno Vitasse

Nantes : Maison de l’Agriculture Urbaine sur les rails

Le Collectif Babylone, représenté par Zone-AH! (Bruno Vitasse) et Toits Vivants/Vergers Urbains (Sébastien Goelzer) était invité le 6 septembre à une visite des installations d’agriculture urbaine nantaises par leurs acteurs regroupés au sein du Collectif Lab’AU 44. Constitué des principales structures locales actives dans le domaine, son but est de lancer une Maison de l’Agriculture Urbaine pour tous.

Aqualab Bio-T-Full
Visite du Solilab et des modules aquaponiques de Bio-T-Full. Île de Nantes

 

Considérant qu’un lieu ressource, d’échanges et d’expérimentation autour de l’Agriculture urbaine sur la métropole nantaise est devenu incontournable pour ses acteurs, riches dans leur diversité comme en Région parisienne, le Collectif Lab’AU 44 a décidé d’opérer la création d’une Maison de l’Agriculture Urbaine (MAU).

« Les acteurs concernés par l’agriculture urbaine à Nantes sont nombreux et appartiennent à des secteurs variés. La vocation de la MAU est d’être le point de rencontre de cette diversité », explique le Collectif qui s’est créé pour répondre à cette problématique de construire les bases d’une MAU pour Nantes et sa Métropole.

Programme de la visite Agriculture urbaine du 6 septembre - Nantes
Programme de la visite du 6 septembre organisée pour Zone-AH! par le Collectif Lab’AU 44

 

Le Collectif Lab’AU 44 qui nous a accueilli le 6 septembre pour une visite spéciale de quelques installations nantaises d’agriculture urbaine, est constitué des associations Ecos, Nantes Ville Comestible, Permaculture 44, Bio-T-Full et Riche Terre à ce jour.

Ecos travaille principalement à l’installation de projets collectifs et citoyens dans l’espace public avec une dimension environnementale, comme des jardins collectifs. Nantes Ville Comestible identifie, fédère et promeut un réseau d’initiatives et d’acteurs associatifs, professionnels et citoyens autour des questions d’agriculture urbaine. Permaculture 44 travaille à la sensibilisation et la transmission de savoirs autour de la permaculture. Bio-T-full expérimente la mise en place de formes innovantes d’agriculture urbaine comme l’aquaponie. Riche Terre travaille à la réduction et la valorisation des biodéchets, sur le lombricompostage, sur l’agriculture urbaine et péri-urbaine durable, ou encore sur la réappropriation de (notre) alimentation.

Ecossource, serre mutualisée - Ecos
Ecossource, jardin expérimental et serre mutualisée (Ecos)

 


Présentation de l’association ECOS (2015) from ecos on Vimeo.

 

« Pour exister, cette Maison de l’Agriculture Urbaine doit répondre aux besoins de chacun » et être construite collectivement « pour en penser les usages et le fonctionnement ».

Dans ce but, une première journée de co-construction a été organisée le 17 juin. La restitution de cet atelier, en cours de finalisation sera présentée lors d’une deuxième date programmée le 27 septembre (voir plus bas).

 

La Maison de l’Agriculture Urbaine nantaise poursuit 4 grands objectifs :
  • Démocratiser l’agriculture urbaine
  • Favoriser et soutenir des pratiques nouvelles ou existantes d’AU amateures, associatives, expérimentales et professionnelles
  • Favoriser la transversalité entre les citoyens, professionnels et acteurs liés à l’AU
  • Fédérer un réseau d’acteurs autour de l’AU, interlocuteurs sur Nantes et sa Métropole et échangeant avec le réseau national (ça c’est nous… ^^)
Le potager de la Cantine (potager professionnel), Île de Nantes
Le potager de la Cantine (potager professionnel), Île de Nantes

 

De l’avis des premiers participants aux ateliers de co-construction, cette MAU devra mettre en avant les pratiques d’échange et de partage, communes à tous les Tiers-Lieux libres et opensource.

« Pour les participants, il a semblé très important que la MAU devienne un lieu où les personnes peuvent échanger, qu’elles soient professionnelles du secteur, citoyens, chercheurs, étudiants… L’idée est de permettre le croisement des publics mais aussi des disciplines pour amener l’enrichissement des uns et des autres. L’ancrage territorial a lui aussi été souligné et une attention particulière au public du quartier d’implantation de la MAU est souhaitée. »

Pas de doute possible, c’est bien un Tiers-Lieux de l’agriculture urbaine qui se prépare à Nantes !

Jardin collectif de la Nizanerie
Equipements urbains et collectifs du quartier de la Nizanerie, Île de Nantes – Jardin collectif

 

Poule palace, Conciergerie de l'Île de Nantes
Poule palace de la Conciergerie solidaire (poulailler collectif), Île de Nantes

L’agriculture urbaine nantaise doit être pensée « dans la diversité afin de recréer un écosystème et de diversifier les sources de revenus », souligne le Collectif Lab’AU 44 : animaux, production de plants, transformation de produits, culture de légumes, mais aussi pourquoi pas agroforesterie, qui pourront trouver à travers les services de la MAU un accompagnement à la création de projets dans  ces domaines.

L’agriculture urbaine nantaise doit être pensée « dans la diversité afin de recréer un écosystème et de diversifier les sources de revenus ».

Résilience, autosuffisance alimentaire et énergétique, réduction de l’impact environnemental par des pratiques sobres et optimisées pour une limitation de notre consommation des ressources, voilà les objectifs du Collectif Lab’AU 44 et de leur MAU, au diapason avec les projets et la vision du Collectif Babylone et de Zone-AH!.

Houblonnière de la Conciergerie solidaire, Île de Nantes
Houblonnière de la Conciergerie solidaire, Île de Nantes

 

MAU 2e arrêt !

Lors de la deuxième session de co-construction de la MAU nantaise, le collectif présentera la restitution du premier atelier collaboratif. Différents groupes de travail seront montés « pour initier de premières actions pour contribuer à la création de la MAU ».

Pour des renseignements sur cet événement le 27 septembre, vous pouvez contacter le collectif à cette adresse : collectifmau44@gmail.com

 

Pour en voir plus :