Archives par mot-clé : Tiers-lieux

Nantes : Maison de l’Agriculture Urbaine sur les rails

Le Collectif Babylone, représenté par Zone-AH! (Bruno Vitasse) et Toits Vivants/Vergers Urbains (Sébastien Goelzer) était invité le 6 septembre à une visite des installations d’agriculture urbaine nantaises par leurs acteurs regroupés au sein du Collectif Lab’AU 44. Constitué des principales structures locales actives dans le domaine, son but est de lancer une Maison de l’Agriculture Urbaine pour tous.

Aqualab Bio-T-Full
Visite du Solilab et des modules aquaponiques de Bio-T-Full. Île de Nantes

 

Considérant qu’un lieu ressource, d’échanges et d’expérimentation autour de l’Agriculture urbaine sur la métropole nantaise est devenu incontournable pour ses acteurs, riches dans leur diversité comme en Région parisienne, le Collectif Lab’AU 44 a décidé d’opérer la création d’une Maison de l’Agriculture Urbaine (MAU).

« Les acteurs concernés par l’agriculture urbaine à Nantes sont nombreux et appartiennent à des secteurs variés. La vocation de la MAU est d’être le point de rencontre de cette diversité », explique le Collectif qui s’est créé pour répondre à cette problématique de construire les bases d’une MAU pour Nantes et sa Métropole.

Programme de la visite Agriculture urbaine du 6 septembre - Nantes
Programme de la visite du 6 septembre organisée pour Zone-AH! par le Collectif Lab’AU 44

 

Le Collectif Lab’AU 44 qui nous a accueilli le 6 septembre pour une visite spéciale de quelques installations nantaises d’agriculture urbaine, est constitué des associations Ecos, Nantes Ville Comestible, Permaculture 44, Bio-T-Full et Riche Terre à ce jour.

Ecos travaille principalement à l’installation de projets collectifs et citoyens dans l’espace public avec une dimension environnementale, comme des jardins collectifs. Nantes Ville Comestible identifie, fédère et promeut un réseau d’initiatives et d’acteurs associatifs, professionnels et citoyens autour des questions d’agriculture urbaine. Permaculture 44 travaille à la sensibilisation et la transmission de savoirs autour de la permaculture. Bio-T-full expérimente la mise en place de formes innovantes d’agriculture urbaine comme l’aquaponie. Riche Terre travaille à la réduction et la valorisation des biodéchets, sur le lombricompostage, sur l’agriculture urbaine et péri-urbaine durable, ou encore sur la réappropriation de (notre) alimentation.

Ecossource, serre mutualisée - Ecos
Ecossource, jardin expérimental et serre mutualisée (Ecos)

 


Présentation de l’association ECOS (2015) from ecos on Vimeo.

 

« Pour exister, cette Maison de l’Agriculture Urbaine doit répondre aux besoins de chacun » et être construite collectivement « pour en penser les usages et le fonctionnement ».

Dans ce but, une première journée de co-construction a été organisée le 17 juin. La restitution de cet atelier, en cours de finalisation sera présentée lors d’une deuxième date programmée le 27 septembre (voir plus bas).

 

La Maison de l’Agriculture Urbaine nantaise poursuit 4 grands objectifs :
  • Démocratiser l’agriculture urbaine
  • Favoriser et soutenir des pratiques nouvelles ou existantes d’AU amateures, associatives, expérimentales et professionnelles
  • Favoriser la transversalité entre les citoyens, professionnels et acteurs liés à l’AU
  • Fédérer un réseau d’acteurs autour de l’AU, interlocuteurs sur Nantes et sa Métropole et échangeant avec le réseau national (ça c’est nous… ^^)
Le potager de la Cantine (potager professionnel), Île de Nantes
Le potager de la Cantine (potager professionnel), Île de Nantes

 

De l’avis des premiers participants aux ateliers de co-construction, cette MAU devra mettre en avant les pratiques d’échange et de partage, communes à tous les Tiers-Lieux libres et opensource.

« Pour les participants, il a semblé très important que la MAU devienne un lieu où les personnes peuvent échanger, qu’elles soient professionnelles du secteur, citoyens, chercheurs, étudiants… L’idée est de permettre le croisement des publics mais aussi des disciplines pour amener l’enrichissement des uns et des autres. L’ancrage territorial a lui aussi été souligné et une attention particulière au public du quartier d’implantation de la MAU est souhaitée. »

Pas de doute possible, c’est bien un Tiers-Lieux de l’agriculture urbaine qui se prépare à Nantes !

Jardin collectif de la Nizanerie
Equipements urbains et collectifs du quartier de la Nizanerie, Île de Nantes – Jardin collectif

 

Poule palace, Conciergerie de l'Île de Nantes
Poule palace de la Conciergerie solidaire (poulailler collectif), Île de Nantes

L’agriculture urbaine nantaise doit être pensée « dans la diversité afin de recréer un écosystème et de diversifier les sources de revenus », souligne le Collectif Lab’AU 44 : animaux, production de plants, transformation de produits, culture de légumes, mais aussi pourquoi pas agroforesterie, qui pourront trouver à travers les services de la MAU un accompagnement à la création de projets dans  ces domaines.

L’agriculture urbaine nantaise doit être pensée « dans la diversité afin de recréer un écosystème et de diversifier les sources de revenus ».

Résilience, autosuffisance alimentaire et énergétique, réduction de l’impact environnemental par des pratiques sobres et optimisées pour une limitation de notre consommation des ressources, voilà les objectifs du Collectif Lab’AU 44 et de leur MAU, au diapason avec les projets et la vision du Collectif Babylone et de Zone-AH!.

Houblonnière de la Conciergerie solidaire, Île de Nantes
Houblonnière de la Conciergerie solidaire, Île de Nantes

 

MAU 2e arrêt !

Lors de la deuxième session de co-construction de la MAU nantaise, le collectif présentera la restitution du premier atelier collaboratif. Différents groupes de travail seront montés « pour initier de premières actions pour contribuer à la création de la MAU ».

Pour des renseignements sur cet événement le 27 septembre, vous pouvez contacter le collectif à cette adresse : collectifmau44@gmail.com

 

Pour en voir plus :

 

Tiers-Jardins à l’honneur de la 10e Biennale Design

Zone-AH! délocalise ses bureaux à la Cité du Design de Saint-Etienne du 20 mars au 7 avril, à l’occasion de la 10e édition de la Biennale Internationale Design. La thématique cette année : « Working Promesse« , autour des « Mutations du Travail« . Parmi nos interventions durant le IN de cette Biennale, nous présentons une déclinaison de nos prestations Tiers-Jardins pour les entreprises : Conception, prototypage et fabrication participative d’un module tiers-jardin.

Qu’est-ce que les tiers-jardins demanderez-vous à juste titre ? Ils sont une typologie de tiers-lieux (Oui, mais c’est quoi un tiers-lieux ? – Bon ça va maintenant ;-p).

Le tiers-lieu ne se définit pas par ce qu’il est « mais par ce que l’on en fait » – Proverbe de concierge. cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017.

Justement, à ce propos. L’Expérience des Tiers-Lieux, Fork The World ! est l’une des dix étapes à découvrir à la Cité du Design lors de cette Biennale 2017, qui se tient du 9 mars au 9 avril à Saint-Etienne.  Le co-commissariat de cette exposition est assuré par le collectif RDC, le tiers-lieu Open Factory et la Cité du design. [Source]

« L’expérience Tiers-Lieux, Fork The World ». Exposition du 9 mars au 9 avril 2017 dans le cadre de la 10e Biennale Internationale Design à Saint-Etienne. Thématique générale : « Working Promesse – les mutations du travail ». cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017.

 

L’intervention de Zone-AH! sur cette Biennale se décompose en trois temps :

  1. Dans une conférence : état des lieux et analyse prospective des tiers-lieux (le 22 mars matin).
  2. Un atelier collaboratif Tiers-Jardins : Agriwork, AgriFork, mon module d’agriculture urbaine au bureau (du 22 mars au 2 avril). Conception, prototypage et fabrication participative d’un module tiers-jardin.
  3. Une patte dans l’exposition Fork The World (durant toute la Biennale) : Fork the BioCircle ou quand les brasseries urbaines et leurs drêches s’incrustent dans un CyberGarden en même temps qu’une presse à insectes (Avec La M[Y]NE de Villeurbanne – ex La Paillasse Saône, et le Collectif Bam).
Habillage 10e Biennale Design, Working Promesse – les mutations du travail, sur les vitres du tram T2 en direction de la Cité du Design – cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017.

Une (cir)conférence sur les tiers-lieux avec Zone-AH! et invités

Une conférence-échange se tiendra dans la matinée du 22 mars au Mixeur. Elle permettra de faire l’état des lieux des ressources et des compétences en matière de tiers-lieux, d’en faire une analyse prospective et de déterminer les enjeux auxquels ces tiers-lieux doivent répondre.
Une fenêtre sera dédiée spécialement à l’agriculture urbaine dans les tiers-lieux et par les tiers-lieux, en écho à la partie de l’exposition Fork The World qui traite de ce sujet.

Intervenants pour la partie agriculture urbaine : Sébastien Goelzer (Vergers Urbains, Toits Vivants, co-fondateur du Collectif Babylone), Valentin Martineau (Collectif Bam), Peter Hannape (P2P Foodlab, UrbanCommonsFactory), Bruno Vitasse (Zone-AH!, ZéBU, l’écosystème de brasseries urbaines).

Le Mixeur, espace hybride stéphanois à l’entrée de la Cité du Design, où se tiennent la conférence sur les tiers-lieux du 22 mars, et la partie conception et prototypage de notre atelier tiers-jardin. cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017.

Agriwork, AgriFork, les Tiers-Jardins s’incrustent dans le IN et font leur mutation du travail

Zone-AH! & Co vous propose de participer au processus d’implémentation de ses prestations autour des Tiers-Jardins (1), à travers un atelier en deux phases de conception, prototypage rapide et réalisation d’une commande passée par l’OpenFactory, l’espace de fabrication partagé de la Cité du Design.

Les 22, 23 et 24 mars durant la semaine Entreprises seront dédiés à la conception collaborative du module tiers-jardin (cahier des charges, 3D, maquette du prototype) – Lieu : Le Mixeur.

 

Cliquez sur l’image pour accéder à la page de cet événement sur Facebook.

 

La fabrication du module suivra du 27 mars au 2 avril (semaine Modes de vie et Territoires) à l’OpenFactory.

Cliquez sur l’image pour accéder à la page de cet événement sur Facebook.

 


(1) Les tiers-jardins sont une typologie de tiers-lieux, un concept ouvert d’espaces à la fois dédiés à l’agriculture urbaine, au travail, à la collaboration et à la détente, issu de l’hybridation des espaces de vie et des espaces de biodiversité au service de leurs usagers. Ils permettent de remettre l’humain dans la notion de paysage, de revaloriser des lieux de vie qui sont pensés comme non vivants. Ce sont des lieux de mixité totale à la fois sociale et écologique.


Exposition L’expérience des Tiers-Lieux, Fork The World

Dans les 600 m² occupés entre autres par les productions des usagers de La Myne (Villeurbanne, ex La Paillasse Saône), une partie est dédiée aux relations entre l’agriculture urbaine et les tiers-lieux.

L’agriculture urbaine et les tiers-lieux à la 10e Biennale Internationale du Design : opposition entre deux modèles de développement, pôles de compétitivité vs pôles collaboratifs ? cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017

Où l’on explique comment de cette relation renaissent les “Commons” hérités du Moyen-Âge, des prés partagés et gérés en commun par les habitants des villages, grâce à la réintroduction dans nos villes des cultures nourricières et des jardins partagés. Les tiers-lieux par la mise à disposition libre des savoirs permettent d’ouvrir un vaste champ d’exploration sur l’agriculture urbaine et les espaces communs en ville.

Jardin partagé sur le toit des Pratiques Artistiques Amateurs, un tiers-lieux au sommet du Centre Perrache à Lyon.

Les acteurs des tiers-lieux en Europe soutenant le développement de l’agriculture urbaine souhaitent rendre nos villes fertiles et comestibles, par une approche exploratoire du métabolisme urbain (fonctionnement symbiotique des activités de la ville). Elle passe par l’intégration des enjeux de l’économie circulaire (sobriété, gestion des déchets et des ressources locales, le Faire soi-même…) pour générer des externalités positives (création de valeurs monétaires locales, emplois non délocalisables) en intégrant les contraintes socio-économiques des territoires qui les hébergent (processus du “faire” tiers-lieu). Dans ce travail de “chirurgie réparatrice”, les circuits-courts de distribution (un intermédiaire au plus) et de proximité renouent les liens entre les consommateurs des villes et les agriculteurs des champs.

 

Schéma double flux circulaire matériaux et matière par le Collectif Babylone
Les projets du Collectif Babylone s’inscrivent dans une logique d’économie circulaire et de métabolisme urbain. Les flux cycliques de matériaux et ceux de la matière organique issus des activités urbaines s’entrecroisent pour fonctionner ensemble.

 

A proximité, le projet DOZE Parc interroge le regard des visiteurs. Développé par La M[Y]NE, Manufacture des Idées et Nouvelles Expérimentations, il est né du projet Art et Science CyberGarden, un jardin suspendu connecté, par David Bartholoméo. « L’installation DoZE parc est une forêt moderne qui donne à voir les problématiques vécues dans les Tiers-Lieux (innovation, DIY, Open source, Blockchain, etc.) ».

DOZE Parc regroupe un ensemble de projets, des cyber-environnements. Il est né du projet Art et Science CyberGarden. L’installation est une forêt moderne qui donne à voir les problématiques vécues dans les Tiers-Lieux. cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017.

DOZE Parc regroupe un ensemble de projets (cyber-environnements) développés au sein du tiers-lieu lyonnais : PowerPlant, Micro-hackuaponie, DAISEE, fabrication de matière bactériologique comme le Scoby, etc. Le projet a « pour vocation à étudier des formes de développement des communs et l’activation de boucles d’économie circulaire, en prenant en compte les différentes temporalités des espèces. À l’ère de l’anthropocène, il interroge le lien entre la nature et l’homme, et la manière dont le numérique interagit avec la nature. »

Presse à Insectes par le Collectif Bam – cc by 2016.

Dans l’installation, le Meuble à Insectes proposé par le Collectif Bam (Réalisé par Yoann Vandendriessche et Valentin Martineau) est à la fois une invitation à l’auto-fabrication et à l’auto-production alimentaire, et un hack (piratage littéralement) du projet DOZE Parc avec Zone-AH! et le projet ZéBU, l’écosystème des brasseries urbaines.

« Dans un monde où la production de viande a un fort impact environnemental, ce module invite à cultiver des vers de farine et à les consommer. Ces derniers se posent alors comme une alternative raisonnée pour un apport en protéines. » Ces vers de farine sont nourris grâce aux drêches de brasseries (le résidu du malt après le brassage). C’est la porte d’entrée du hack par le ZéBU qui cherche à valoriser les drêches de brasseries dans nos écosystèmes urbains.

Zone-AH! / ZéBU et Collectif Bam hackent le CyberGarden de DOZE Parc.

Il est une illustration de ces boucles d’économie circulaire que le projet DOZE Parc cherche à activer. Il faut le visualiser un peu comme un phage (virus répliquant constitué de son matériel génétique qu’il vient intégrer dans une cellule cible, laquelle fera la synthèse de sa « protéine virale ») qui vient se brancher au Cybergarden.

Module Hack-huaponie et presse à insectes dans le CyberGarden. cc by sa nc – Bruno Vitasse 2017.

Mais finalement une symbiose se créée entre les deux écosystèmes, puisque les drêches provenant des brasseries (ou des tiers-lieux puisqu’on y trouve bcp de brasseurs amateurs) et les insectes (nourris aux drêches) servent de ressource nourricière dans le Cybergarden (la drêche pour les sols et pour les vers de compost, les insectes nourris aux drêches et transformés par la presse nourrissent les poissons du Micro-hackuaponic system ; insectes, poissons et légumes produits dans le Cybergarden, et les drêches, sont utilisés pour nourrir les usagers des tiers-lieux).

La boucle venant du ZéBU et de l’atelier de transformation des insectes illustre un cas concret/réel de circularisation en cours de la filière brassicole pour la valorisation de ses drêches, poussée par le projet ZéBU porté par Zone-AH!.


[#Dm1TL] La Biennale de Zone-AH!, entre agriculture urbaine et tiers-lieux

Semaine 2 – Des Startup aux Netup / « Design ma pépinière en tiers-lieux », les 22 23 24 mars : conception et prototypage rapide d’un tiers-jardin durant un atelier collaboratif au Mixeur ; Pitch du projet le 24 soir ; Business model le 25 et 26.

Semaine 3 – Modes de vie & Territoires / Agriculture urbaine – Design mon quartier en TL », du 27 mars au 2 avril : construction du module tiers-jardin @OpenFactory

Semaine 4 – Ramdam des Tiers-Lieux (semaine du) 5 avril / représentation Worklab / Grands Voisins / CUBE

Connexion durant toute la biennale d’un écosystème Zone-AH! au Cybergarden de David Bartholoméo installé sur le site de l’exposition Fork The World (ZéBU et les drêches de brasseries,  presse à insectes du Collectif Bam, Hackuaponie).


L’entrée en façade de la Cité du Design de Saint-Etienne. cc by sa nc – Bruno Vitasse

Greenlab showcase au PROTO204 Paris-Saclay

Dans le cadre de la COP 21, le GreenLab du PROTO204 et l’association Zone-AH! ont réuni le soir du 8 décembre sur le campus de Paris-Saclay plusieurs porteurs de projets et structures impliqués dans le développement des tiers-lieux « verts » et de solutions pour la transition écologique des territoires. En fil rouge de cette rencontre : la réunion de « greenlabs » français en plein développement, et envisager la connexion aux greenlabs européens.

« Lost in translation we found the way of mitigation. »

Le PROTO204 se situe en pleine zone d’hybridation, dans un interstice ville-campagne mêlant une université (Paris XI), des laboratoires de recherche et des entreprises, parachutés sur le plateau de Saclay, dont les enjeux de maintient du patrimoine agricole dépassent largement le cadre de cette rencontre et de nos échanges, tout en y restant fortement liés.

« Levier social, zone d’hybridation de connaissances, … Territoire alliant ville et agriculture, Paris-Saclay invite entreprises, associations, acteurs publics et jardiniers à imaginer le futur de l’agriculture urbaine sur un terrain d’expérimentation inédit. » (Greenlab PROTO204)

Sessions de présentations et intervenants

  1. GreenLabs – Quels enjeux pour l’agriculture urbaine ?

    > Co.Babylone : Bruno Vitasse (Zone-AH!) & Sébastien Goelzer (Vergers Urbains)
    > Jardin partagé d’entreprise :  Erica Perrier & Hervé Plessix (Centre R&D Danone)
    > Agriculture urbaine connectée / Du Green dans le Gris : Marianne Baulez (La Fonderie – Agence numérique IdF)

  2. GreenLabs – Quelles solutions concrètes ?

    > PMCLab – Greenlab UPMC : Victorien Point
    > La MYNE : Rieul Techer (La Paillasse Saône)
    > Terre & Cité – Pays de Saclay : Dorian Spaak
    > Le Château Nanterre : Armonia Pierantozzi (Sitopia)

  3. GreenLab – Quels outils au PROTO ?

    > Méthodo GreenLab : Donna Enticott (PROTO204)
    > Résultats analyse de sol : Mathilde Bryant (PROTO204)
    > Capteurs et biodiversité : Michael Fayaud (UrbaSense)


[#GreenLab] Labos des villes, labos des champs
Le mardi 8 décembre, le PROTO204 sur le campus de Paris-Saclay accueillait des regards croisés sur l’agriculture urbaine. Compte-rendu en tweets et en images, par @NicolasLoubet.

Ateliers « Champ Libre » : un tiers-lieu en prison

Atelier du « Champ à l’Assiette », Centre Pénitentiaire Sud Francilien // Réau | Zone-AH! et Vergers Urbains avec Champ Libre

L’association Champ Libre, portée par Mai-Liên Nguyen Duy, a contacté Zone-AH! fin septembre pour participer à un cycle d’ateliers « du Champ à l’Assiette », qui se déroule à la prison de Réau (78) lors de ce dernier trimestre de 2015.

"Champ Libre" autour de la prison de Réau, Centre Pénitentiaire Sud Francilien (78)
« Champ Libre » autour de la prison de Réau, Centre Pénitentiaire Sud Francilien (78)

Avec Vergers Urbains, nos partenaires au sein de Co.Babylone, nous avons animé le 17 octobre la première session dédiée à l’agriculture urbaine.

Débriefing après ce premier atelier d'agriculture urbaine en prison. Mai-Liên (Champ Libre), Jean-Paul (Zone-AH!), et Marie (Vergers Urbains) - Bruno (Zone-AH!) est derrière l'appareil photo.
Débriefing après ce premier atelier d’agriculture urbaine en prison. Mai-Liên (Champ Libre), Jean-Paul (Zone-AH!), et Marie (Vergers Urbains) – Bruno (Zone-AH!) est derrière l’appareil photo.

Débriefing après ce premier atelier d'agriculture urbaine en prison. Mai-Liên (Champ Libre), Jean-Paul (Zone-AH!), et Marie (Vergers Urbains) - Bruno (Zone-AH!) est derrière l'appareil photo.

Au programme de cette première session, atelier brainstorming sur la création d’un potager et fabrication de kits pleurotes, avec Marie (Vergers Urbains), Jean-Paul et Bruno (Zone-AH!).

Croquis d'un design permaculturel dans une serre intégrant un module aquaponique, des cultures de pleurotes et des cultures vivrières sur buttes - illustration de l'atelier d'agriculture urbaine du 17 octobre 2015 à la prison de Réau (78) - Bruno Vitasse / Zone-AH! - cc by sa.
Croquis d’un design permaculturel dans une serre intégrant un module aquaponique, des cultures de pleurotes et des cultures vivrières sur buttes – illustration de l’atelier d’agriculture urbaine du 17 octobre 2015 à la prison de Réau (78) – Bruno Vitasse / Zone-AH! – cc by sa.

Une expérience riche de beaucoup de choses, comme nous nous y attendions, mais difficiles à décrire pour qui n’est pas sociologue (@Antoine Burret si le sujet t’intéresse #welcome). Nous espérons pouvoir aller beaucoup plus loin dans cette logique, donc à l’occasion d’un nouvel atelier avec Champ Libre, et avec un peu plus de temps qu’à présent, nous tenterons peut-être bien l’exercice. Ou comment délocaliser les tiers-lieux en prison. Ca fait plus que sens…

Une sacrée expérience qu’on espère pouvoir répéter prochainement, avec des ateliers sur l’agriculture urbaine plus élaborés et proches de ceux que nos associations peuvent dispenser habituellement. Parce qu’il n’y a pas de sous-citoyens malgré des conditions d’exercice particulières il faut le souligner. Nous attendons le retour de l’administration pénitentiaire, mais nous avons vu des étoiles briller dans les yeux de 4 détenus pêchés au dernier moment par les matons, un samedi matin à 10h. Eric « l’ancien », « le jardinier » en fauteuil roulant et amoché, Kader fan de kick boxing, débordant d’énergie avec un sourire immense (et en manque de KO), Hamet le gosse de la Goutte d’Or, et Dahé, totalement subjugué par les kits pleurotes de Jean-Paul.

Pour en savoir plus sur le déroulé de cet atelier unique en son genre : lire l’article de Vergers Urbains sur leur site.

En arrivant à la prison de Réau (78)
Ca manque de moutons devant cette prison de Réau, où l’agriculture urbaine selon Co.Babylone a fait son entrée un samedi matin d’octobre 2015. Du green dans la grisaille. Du potager derrière les grilles.

[Dédicace]

Toute l’équipe de Zone-AH! se joint à Bruno et Jean-Paul pour adresser un immense merci à la fabuleuse Mai-Liên qui nous a donné cette opportunité d’être (encore plus) fiers de notre engagement et de notre action au quotidien au service du développement de l’agriculture urbaine pour et par les citoyens, y compris ceux qui purgent des peines. Si demain à l’heure de leur réinsertion l’idée leur venait de… Nous laissons volontairement ce « champ libre ». ;-p